#2. Cuzco et la Vallée Sacrée, hors des sentiers battus

En 10 jours, je n’ai jamais acheté de billet touristique pour visiter les ruines officielles – toujours impressionnantes, il est vrai – mais je me suis en revanche faufilée dans de nombreux lieux cachés, uniquement connus des locaux…

Ruines et secrets de la Vallée Sacrée

Cuzco est entourée de ruines toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Je ne parle pas du Machu Picchu, qui fera l’objet d’un autre billet. Mais Sacsayhuaman, … sont des ruines toutes proches qu’on peut visiter à grand renfort de soles. Sacsayhuaman se trouve à deux pas de la maison. Il ne faut pas le dire, mais il est facile de se faufiler dans le site la nuit. Evidemment, on voit moins bien mais l’énergie qui se dégager des ruines n’en reste pas moins saisissante.

 
Mais là n’est pas ce que j’ai préféré parmi les ruines de Cuzco.
Le Balcon del Diablo par exemple, est l’un des sites naturels
tout proche de la ville délaissé par le tourisme.
 

Après environ 2 heures de randonnée dans la montagne, nous nous glissons dans une petite faille dans les rochers et sommes récompensés par une jolie cascade naturelle. 30 minutes de marche autour de ruines inconnues plus tard, nous voilà en train d’explorer les ruines de ce qui semble être une (très) vieille maison. Elle fait maintenant partie intégrante de la montagne.

Les ruines des alentours de Cuzco ne sont pas l’unique secret que renferme cette ville. En me laissant aller à l’atmosphère détendue et aux amitiés que cette ville a rendu possibles, je n’ai pas visité beaucoup de sites touristiques, mais à travers les rencontres, je me suis retrouvée au cœur de la Vallée Sacrée un dimanche après midi pour un barbecue improvisé chez un habitant d’Urubamba. Huancaïna faite maison et montagnes grandioses : voilà ce qui a fait la richesse de mon séjour à Cuzco.

Comment je me suis laissée happer par une ville

Je vous le disais, je posais mes bagages pour 5 jours, il s’en est passé dix sans que j’aie pu me retourner. Selon mon expérience de voyageuse solo, Cuzco m’a offert bien plus qu’une porte d’entrée aux ruines incas : elle m’a permis de rencontrer des gens qui se connectent à l’univers, qui s’ouvrent aux autres, fument de la weed et boivent du San Pedro (cactus aux propriétés hallucinogènes), mais surtout qui ne s’en font pas, qui continuent de se laisser vivre et ne jurent que par le voyage, prenant le chemin que l’univers leur ouvre chaque nouvelle journée... et voilà comment Cuzco m’a happée. 

Dix jours plus tard, je réussis enfin à reprendre la route avec deux amis colombiens aussi rencontrés dans la maison de Cuzco : quelles nouvelles aventures nous attendent ?


 

Auteur de l'article

  Fabienne, créatrice du blog Food & Voyage A la cherche du pain perdu

 

Fabienne, créatrice du blog Food & Voyage A la cherche du pain perdu